À propos Le voyage, a toujours fait partie de ma vie

Dès mon plus jeune âge le voyage était au programme des vacances avec mes parents. Pas toujours loin, mais généralement ailleurs, à l’extérieur des frontières de la France. C’est alors qu’est né ce goût pour la découverte d’autres cultures, d’autres visages, d’autres cuisines, d’autres paysages, d’autres sensations. Un plaisir qui s’est renforcé durant mes années de lycée, puis lors de mes études. Une période au cours de laquelle le mot vacances voulait le plus souvent dire voyage.

Passionné par le triathlon dont c’était alors les balbutiements, j’ai grâce à ce sport beaucoup voyagé, en Europe, mais aussi au-delà.  Pourtant, à chaque fois davantage, j’étais frustré de partir pour une seule compétition, et de n’avoir finalement des pays d’accueil qu’une vision éphémère et grossière.

Le sport a alors été le mot clé des voyages effectués au cours des dix années suivantes. Il est devenu mon moyen de déplacement. En VTT ou à pied, j’ai parcouru les déserts australiens à la rencontre des différentes formes de vie, mais aussi descendu la Loire et le fleuve Maroni, en Guyane française, à la nage. Vous trouverez quelques récits dans la rubrique Aventures. Puis, c’est pour la faune sauvage que j’ai vécu le voyage. En travaillant pour un grand parc zoologique français, celui d’Amnéville, j’ai découvert en détails beaucoup des grands espaces africains. Ce, avant de vivre un an et demi durant dans la formidable ville de Londres, employé au sein de l’organisation non gouvernementale Save the Rhino International

Au sommet du Gokyo au Népal, à 5400m, devant l'Everest
Au sommet du Gokyo au Népal, à 5400m, devant l’Everest

Depuis plus de quatorze ans maintenant, je préside Awely, des animaux et des hommes, une ONG qui lie conservation des espèces animales menacées et développement et que j’ai créée en 2005. À travers elle, nous coordonnons des programmes en Afrique, Asie, et Amérique du Sud, et le voyage et les missions de terrain ponctuent chaque année qui passe avec une certaine intensité. Aussi, depuis plus récemment, j’accompagne pour Saïga (appartenant à l’agence de voyages lyonnaise Secret Planet), que je dirige depuis peu, des voyages animaliers avec au programme, les tigres (Panthera tigris) que nous approchons à pied au Népal, mais aussi les panthères des neiges (Panthera uncia) que nous observons au Ladhak, au nord de l’Inde en novembre chaque année. Enfin, je suis aussi coach professionnel certifié, et je propose mon accompagnement aux organisations, aux entreprises, aux sportifs de haut niveau, aventuriers et explorateurs, comme aux particuliers.  Mon site de coaching est ici.

Partir reste la logique de la plupart de mes vacances. Seul, en couple avec ma compagne, Aliénor, et/ou avec June, ma fille de sept ans, j’apprécie toujours autant de me nourrir de l’ailleurs, des rencontres et des souvenirs que je rapporte dans mes bagages.

qs-3
Avec ma fille June, dans la réserve de Taman Negara en Malaisie

J’ai connu les plaisirs comme les désagréments d’une multitude de mode de déplacements : à pied ; en courant ; à la nage, à dos d’âne ; à cheval ; en vélo tout-terrain ; à moto ; en taxi brousse ; en voiture de location ; à 10 dans une Coccinelle Volkswagen qui filait dans la nuit de Mexico ; en bus à six sur un siège de trois places, avec parfois poules et cochons ; en camion ; en pirogue pour des voyages de 30 heures au milieu de la forêt ; mais aussi en 4×4 avec chauffeur ; en car, avec ou sans wifi ; dans des avions de compagnies sur listes noires ; en classe economy, premium economy, business, et même en avion privé.

dscf4496
Sur le Salar d’Uyuni, le plus grand lac salé du monde, en Bolivie

Et la variété des lieux où j’ai dormi est aussi large. J’ai connu les hôtels miteux de certaines capitales, ou perdus dans la cambrousse quand mes budgets étaient réduits à la portion congrue ; les auberges de jeunesse et les backpackers en chambre individuelle en chambre double comme en dortoir ; les nuits en cabanes dans les arbres en Amazonie ; la tente dans des déserts à plusieurs centaines de kilomètres de toutes habitations, à plus de 4800 mètres d’altitude, sous une pluie discontinue ou au milieu des éléphants ou des hippopotames ; les gites d’étapes près du camp de base de l’Everest ; les hamacs en forêt ; le fond d’une pirogue qui file dans la nuit ou simplement à même le sol.

Et puis j’ai aussi dormi chez l’habitant, dans des beds & breakfast, dans des hôtels couverts d’étoiles, dans des hôtels en sel, dans des palaces ou des palais des mille et une nuits – parfois avec une piscine dans la chambre, mais aussi dans des lodges africains entourés d’animaux avec un prix par nuit à quatre gros chiffres.

qs4
Nuit sans tente dans le grand désert de Victoria en Australie

Alors voilà, ce sont ces trente-cinq années de voyage et une bonne cinquantaine de pays visités (quasiment tous au moins deux fois, certains plus de cinq, quelques-uns plus de dix fois) comme l’expérience acquise que je souhaite vous faire partager ici. Une expérience de voyages simples, et/ou proches, comme d’aventures extrêmes ; en solo, en couple, en famille, avec enfant, avec ami(e)s, comme photographe ou même en tant que guide.

 

Bonne route, et donnez-moi de vos nouvelles !

Renaud

th
INSTAGRAM

Photos : © Renaud Fulconis – Tous droits réservés